Cygler Léon Lejb

Leon Cygler
 Lejb-Léon CYGLER, 16 ans, Né à Varsovie(Pologne)

L’ainé des 7 enfants  de Chana  née KORKACZ, et de Zavwel, tailleur. Ils ont  habité successivement les 11° et 4° arrondissements
Il est arrêté à Paris avec toute sa famille.
Sa mère et sa fratrie sont libérés.
Il est interné avec son père à Drancy,
Il est déporté avant son père après 2 jours d’internement.
Lejb-Léon fait partie des 16 enfants du 11e,  déportés à Auschwitz par le convoi 7 du 19 juillet 1942.
Un des 750 enfants du 11°, victimes de la rafle du Vel’ d’Hiv’
des 16 et 17 juillet 1942, organisée par René Bousquet, secrétaire général pour la police française et par les services allemands.

CYGLER_fratrie_1940_Léon_Paul_Samuel_Jacques_Suzanne_et_Jacqueline.JPG
FRAGMENTS D’HISTOIRE
la déportation
Témoignages
Lejb Léon fait partie des 16 enfants du 11e, déportés par le convoi N° 7 du  19 juillet 1942.
 Il est déclaré « mort en déportation à Auschwitz(Pologne) » : le  24 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne)
JORF (2011) NOR DEFM1116911A
 
Ma famille habitait jusqu’en 1938-39 au 116 rue de Montreuil (cité Lesage)
et les 6 enfants allaient à l’école avenue de Bouvines.

« Je me souviens que lorsqu’il y avait des alertes dues au survol des avions allemands sur Paris,
nous allions tous avec nos masques à gaz nous mettre à l’abri dans le métro Nation et en pleine nuit en pyjama. J’avais à l’époque 5 à 6 ans.

Nous avons déménagé en 1939 au 38 rue de Quincampoix, quartier des Halles dans le 4e arrt, Un septième enfant Jean-Claude est né en 1940.
Le 16 juillet 1942, toute la famille a été arrêtée et emmenée à la Mairie du 4e arrt. Lors de contrôles d’identité, il a été constaté que mon frère Jean-Claude n’avait pas 2 ans, donc on a renvoyé ma mère et les 6 enfants.
Seuls mon père et mon frère Léon âgé de 16 ans ont été arrêtés. Ils ont été internés à Drancy  et déportés à Auschwitz, Léon par le convoi N°7 et mon père par le convoi N° 10.
J’ai eu la chance et la joie de voir mon père revenir de déportation en 1945.
Mon frère Léon faisait partie du convoi qui a quitté Auschwitz pour une destination inconnue. Ce convoi a été porté disparu et je ne saurai jamais ce qui lui est arrivé.
Ma mère, mes frères et sœurs nous avons été cachés pendant toute la guerre dans différentes familles,  mon frère Samuel et moi-même avons été placés ensemble chez des nourrices, mes sœurs également tout cela organisé par différentes associations juives ».

Il ne nous reste de Léon  qu’une carte postale* de Drancy, écrite de sa main à notre mère.(document en Annexe)                                                                     [Témoignage de Jacques Cygler]
LAMBEAUX DE MEMOIRE
Stèle/Plaque
Livre
Exposition
L’AMEJD du 11e a  gravé le  nom  de Léon Cygler, sur une plaque commémorative à  l’école 4 rue de Bouvines.  (apposée le 11/12/2004)

« Fragment d’histoire(s) Lambeaux de mémoire » (Page 131).

Panneau   : « Une école du 11e arrondissement  pendant la­ Shoah – L’école primaire de garçons, 4 avenue de Bouvines – 13 enfants déportés »

 ARCHIVES
1. Carte postale envoyée par Lejb à sa mère depuis Drancy, le 9 juillet 1942
2. Photo de la fratrie Cygler (1939-40)
TEMOIGNAGES
3. Témoignage de Jacques (frère de Lejb-Léon)
4. Témoignage de Samuel (frère de Lejb-Léon)
ARCHIVES
5. Fiche de Léon Cygler émanant du fichier de la préfecture de police(1942), Archives Nationale
6. Mémorial de la Shoah, Paris – page de la liste du convoi N°7
7. Léon CYGLER et ses frères et sœurs dans des listes d’enfants/élèves du centre UGIF Secrétan, école
8. Mur des noms – Mémorial de la Shoah, Paris
9. JORF Légifrance : acte de « décès » à Auschwitz.

téléchargements : (pdf)

*

IMG_6042.jpg

carte portale écrite par Léon Cygler à sa mère de Drancy le 19 -7-1942