THOUMINI DE LA HAULLE Pierre-Michel

L’ENFANT THOUMINI DE LA HAULLE Pierre-Michel, 14 mois

Fils unique de Félix Thoumini de la Haulle, Croix de guerre 1914-1918, musicien professionnel, et de Vogel (dite Fania) Meerovitch, docteur en droit, aide infirmière à la Croix Rouge.

Un des 17 enfants déportés de 13 familles qui habitaient avenue Parmentier.

Arrêté avec sa mère, avant même d’être né et déporté avec elle.

L’un des 2 bébés du XI° avec Michèle Rosencher, nés en détention à l’Hôpital Rothschild (Paris 12e), annexe gardée de Drancy.

LAMBEAUX DE MEMOIRE
Documents d’Archiveset

Témoignages

Pierre est le fils d’un couple «mixte» marié au cœur de la tourmente, le 29 septembre 1941 à Paris 10e.

Son père, né en 1882, est un aristocrate français et catholique, musicien professionnel, professeur à la Scola Cantorum de Paris et membre de l’orchestre de l’Opéra-Comique, déjà père de deux filles nées de deux unions précédentes et mortes sans descendance vers 1980.

Sa mère, née en 1906, fille d’Esriel-Noson Meerovitch (Meyerowitsch) est lettone et juive, originaire de Daugavpils (Dvinsk). Sa famille échappe au massacre des juifs lettons en fuyant vers la Russie en 1941. Après des études universitaires en Suisse puis en France, elle obtient un doctorat en droit en 1936 à l’Université de Toulouse.

Faisant suite à la dénonciation d’un proche auprès du Commissariat du 10e (28 août 1942), Fania est arrêtée le 9 septembre 1942 par les Brigades Spéciales 3 pour défaut d’insigne devant son domicile. Elle est alors enceinte de 7 mois. Interrogée par l’inspecteur Delaby (rapport remis le 15 septembre), elle est internée à Drancy le jour même, puis, compte tenu de son état, est transférée le 14 suivant à l’Hôpital Rothschild (matricule 1030) où elle accouche de Pierre le 26 novembre 1942. Sur intervention de Léo Israelowicz (UGIF) auprès du Waffen SS Ernst Heinrichsohn, elle y reste 9 mois avant d’être internée de nouveau à Drancy le 5 juin 1943 avec son bébé de 6 mois.

Ils y restent 8 mois sous le commandement sadique du capitaine SS Alois Brünner.

La carte d’internement à Drancy de l’enfant porte la mention manuscrite : «serait non juif». Cela traduit-il des tentatives faites pour le sauver ?

(Extrait de la biographie « Pierre-Michel Thoumini de la Haulle, né en détention, mort à Auschwitz (1942-1944) », de Jean-Philippe Oursin (un parent lointain) et Odette Szylit, 25 pages. Fascicule

déposé en 2014 au Mémorial de la Shoah).

FRAGMENTS D’HISTOIRE
La DéportationStèle/Plaque

Pierre est déporté avec sa mère après 14 mois d’internement : 6 mois à l’hôpital Rothschild et 8 mois à Drancy, soit l’entière durée de sa courte vie.

Un parmi les 20 enfants du XI°, déportés à Auschwitz par le Convoi 67 du 3 février 1944. Comme lui, tous sont exterminés.

Pierre est déclaré « mort en déportation » le 8 février 1944 par arrêté ministériel du 26 juin 2000 (publié le 1er septembre suivant au JORF).

L’AMEJD XIe a gravé son nom, le 18 octobre 2007 sur la Stèle du jardin de la Folie-Titon,

(ex Cité Prost).

Publicités